Peut-on éviter de (re)faire une fausse couche et comment ? 

Éviter une fausse coucheSi vous avez déjà vécu une fausse couche vous avez peut-être cette peur au ventre que ça recommence une prochaine fois… Comme je vous comprends ! Après ma fausse couche et avant de faire toutes mes études et recherches sur le sujet, j’étais convaincue qu’on ne pouvait absolument rien faire pour éviter une fausse couche… Et bien je me trompais, ce que je pensais n’étais pas tout à fait exact et c’est ce dont je voulais vous parler ici. 

Si vous êtes déjà enceinte ou en essai bébé, et que vous avez peur de la fausse couche cet article est pour vous aussi !

Peut-on éviter de (re)faire une fausse couche ?

Répondons déjà à cette question… Est-il possible d’éviter de faire ou de refaire une fausse couche après une première fois ?

Et bien la réponse n’est évidemment pas si simple et je vais vous expliquer pourquoi un peu plus bas, mais pour ne pas vous faire attendre plus longtemps, la réponse est : Oui vous avez la possibilité d’agir et de mettre toutes les chances de votre côté pour tenter d’éviter une fausse couche ! C’est rassurant non ?

Surtout que vous avez sûrement entendu ces phrases si vous avez déjà traversé cette épreuve : “15 à 20 % des grossesses se terminent en fausse couche, on y peut rien, on ne sait pas trop pourquoi ça arrive, mais c’est comme ça, c’est très courant et la nature est bien faite parce qu’elle évite à un embryon non viable de se développer, etc…”

Dans la majorité des cas, il est vrai que la cause d’une fausse couche reste inexpliquée. Et notamment parce qu’en France, on ne commence à investiguer qu’à partir de la 3ème fausse couche pour comprendre leurs origines. Alors que parfois on pourrait tout de suite éviter une prochaine interruption de grossesse en creusant un peu ou en suivant de bons conseils d’hygiène de vie.

Attention, ce n’est pas parce que l’on peut agir pour mettre toutes les chances de son côté qu’il existe une formule magique qui fonctionne à 100% et ça ne veut pas dire non plus que vous auriez pu éviter votre première fausse couche ! Je sais que la culpabilité peut-être très présente en vous et si c’est le cas, rendez vous plus bas, au paragraphe  à ce propos !

Les causes de la fausse couche

“Il existe autant de raisons qu’il y a de fausses couches” m’avait répondu mon Gynéco. Oui parce que le terrain, les antécédents et la génétique étant tellement uniques et propres à chacun.e qu’il n’existe pas un nombre limité de raisons. Parfois plusieurs causes sont à mettre en parallèle. 

Cependant, parmi les causes de fausse couche les plus courantes on peut retrouver : 

  • Une anomalie génétique lors de l’assemblage chromosomique qui rend l’embryon non viable. (70 % des cas avant 6 semaines d’aménorrhées, 50 % après 12 SA) 
  • Un décollement de la poche lié à un déséquilibre de la muqueuse utérine ou à un défaut dans la poche elle-même
  • Un manque de vitamines dans les réserves ou l’alimentation de la maman
  • Un dérèglement hormonal
  • Un dysfonctionnement de la thyroïde
  • Une infection bactériologique ou virale (Toxoplasmose, CMV, Rubéole, etc…)
  • Un diabète mal équilibré
  • Une mauvaise hygiène de vie (alcool, tabac, drogues, excitants…)
  • Etc.

Vous l’aurez remarqué, l’anomalie génétique représente la majorité des causes de fausse couche précoce (avant 12 SA), qui sont elles aussi les plus courantes. Et il est vrai que sur ce type d’interruption de grossesse, il est souvent impossible de comprendre ce qu’il s’est exactement passé… La raison la plus courante c’est qu’il y a eu un « couac » au moment de l’assemblage des chromosomes de futur Papa avec ceux de future Maman.

Parfois ce « couac » interrompt tout de suite la grossesse dès les premiers jours et c’est ce qui fait que beaucoup de fausses couches ne sont même pas décelées puisqu’elles interviennent avant la date supposée des règles. D’autres fois, ce n’est que plusieurs semaines plus tard, au moment du développement de la fonction correspondante aux gènes manquants ou défaillants que tout s’arrête. 

Et c’est la raison pour laquelle nos médecins nous disent : qu’on ne sait pas toujours ce qu’il se passe et qu’on ne peut rien y faire… C’est vrai qu’on ne peut pas aller vérifier quels gènes, quels chromosomes sont en cause….

MAIS ! Aussi fou que ça puisse paraître, il est tout de même possible d’agir sur la qualité de l’ADN présent dans nos gamètes, spermatozoïdes et ovocytes !

Agir sur la qualité de son ADN

Aujourd’hui la baisse de la fertilité est de plus en plus importante… Et vous connaissez déjà bien les responsables…

Notre environnement, les polluants et perturbateurs endocriniens, notre hygiène de vie qui laisse parfois à désirer, la mode des jeans trop serrés pour les hommes ou les téléphones portables dans la poche de ces messieurs… 

Tous ces facteurs nuisent non seulement au bon fonctionnement de tous les systèmes du corps dont le système hormonal, responsable par exemple de l’ovulation, de la qualité de la muqueuse utérine… Mais ces facteurs environnementaux nuisent aussi à la qualité de l’ADN présents dans nos gamètes !

L’ADN c’est l’encyclopédie sur laquelle est inscrite tout notre patrimoine génétique. Le vieux grimoire au fond de votre bibliothèque à partir duquel ont été écrits tous vos autres livres depuis. Si votre vieux grimoire est conservé dans de mauvaises conditions parce que votre bibliothèque est mal entretenue, certaines pages seront cornées, collées entre elles, froissées et le texte sera difficile à déchiffrer.

Or au moment de la fécondation, on assemble la moitié de chaque page du grimoire de l’ADN de futur Papa avec celui de future Maman pour faire un ADN tout neuf pour futur bébé. Chaque paire de chromosomes se sépare en deux et chaque chromosome restant s’assemble avec celui de l’autre parent pour former une nouvelle paire : le chromosome 1 de Papa avec le chromosome 1 de Maman, etc.

Donc, si les pages du grimoire de l’ADN sont impossibles à déchiffrer, l’assemblage sera plus compliqué, ou le texte mal recopié…

Mais la bonne nouvelle c’est que l’on peut agir… sous réserve bien-sûr de s’y mettre à deux !

Si on ne peut pas modifier notre code génétique (ce qui est bien illustré malheureusement par l’exemple des maladies génétiques héréditaires), on peut intervenir sur la bonne conservation du grimoire de l’ADN présent dans nos gamètes !

Comment ? Avec une bonne hygiène de vie, une bonne gestion du stress, une bonne alimentation, une activité physique adaptée, etc… Et c’est tout l’objectif des médecines traditionnelles telles que la Naturopathie et L’Ayurvéda.

C’est notamment ce dont parle l’épigénétique et les dernières recherches en la matière. 

Agir sur les autres causes

Et bien sûr, au delà de l’aspect génétique, on peut aussi agir sur les autres déséquilibres ou éloigner les facteurs qui nuisent à la qualité du sperme en lui même, de la motilité des spermatozoïdes, de l’ovulation, de la paroi de l’utérus, du placenta, etc.

L’exemple du stress est l’un des plus frappants. En effet, un niveau de stress constamment élevé va déclencher la sécrétion de cortisol, l’hormone du stress qui est censée être sécrétée uniquement en cas de danger extrême et vital… En libérant cette hormone, le but est de mettre le corps tout entier sur le qui-vive pour éviter le danger. Donc imaginez un peu les dégâts que peuvent causer un niveau de stress quasi constant alors que le corps n’est pas du tout prévu pour ça. 

Et bien ce qui peut résulter du stress, ce sont des douleurs, des maux en tout genre, des maladies bénignes ou plus graves, du surpoids, des troubles du sommeil ou du comportement, etc… 

Le corps tout entier est plongé dans un état inflammatoire très acidifiant qui nuit énormément, en particulier au fonctionnement hormonal, aux différents métabolismes dans le corps et plus spécifiquement à la qualité de nos gamètes. 

C’est pourquoi vous m’entendrez souvent dire que la gestion du stress est la priorité numéro 1 pour mener à terme votre beau projet bébé ! 

On en revient toujours à l’hygiène de vie vous avez remarqué ?

Adieu culpabilité, passez à l’action !

Je sais que de savoir que l’on peut agir pour éviter la fausse couche, peut aussi susciter chez vous de la culpabilité, si vous avez déjà traversé cette épreuve.

Je me suis aussi posé ces questions : “Et si j’avais pu l’éviter ? Et si j’avais une meilleure hygiène de vie ? Et si…” Mais très vite, j’ai aussi compris que ces questions ne m’apportaient absolument rien de bon. Alors j’ai préféré me concentrer sur ce que je pouvais faire pour éviter une prochaine fausse couche. 

Et ça donne tellement d’énergie, de se dire qu’on peut agir, qu’on peut être acteur/actrice de son projet bébé… ça permet de penser à autre chose, d’être dans l’action et, pour une fois, de prendre réellement soin de soi ! Et on parle bien de future maman comme de futur papa, on est d’accord ! C’est 50% de chaque pour faire un bébé !

On parle ici d’éviter une prochaine fausse couche, mais préparer son corps avant la conception, permet aussi de vivre une grossesse sereine, au top de la forme, loin des complications ou maux habituels, de vivre un accouchement idéal et même d’avoir un bébé en pleine santé et des premiers jours de rêve avec lui…

Oui tout ça en se préparant au préalable !

Alors ça vaut le coup non ?

Alors comment faire concrètement pour éviter de (re)faire une fausse couche ?

Avant de tomber enceinte

Les examens médicaux

Pour mener l’enquête et écarter les différentes causes de votre fausse couche, vous pouvez demander à votre gynécologue, médecin ou sage-femme de réaliser quelques examens médicaux. 

En particulier : 

  • Vos réserves en Fer (Ferritine et Transferrine à minima), en vitamine B9 (acide folique) et en vitamine D pour être sûre que vous ne manquiez de rien
  • Un bilan thyroïdien complet notamment avec la TSH, T3L et T4L
  • Un bilan hormonal féminin avec le dosage de l’estradiol, de la progestérone et de la FSH / LH…

Si vous êtes en essai bébé depuis un moment ou si vous ne voulez pas perdre trop de temps, vous pouvez aussi : 

  • Réaliser un spermogramme pour vérifier la qualité du sperme et des spermatozoïdes de futur papa avant d’aller plus loin dans les examens plus invasifs chez la femme.
  • Prendre rendez-vous avec un naturopathe ou un praticien de la périnatalité pour faire un bilan vital complet, comprendre votre cycle et investiguer un peu plus, notamment avec des bilans sanguins encore plus précis en fonction de votre situation.

> Voir mes accompagnements individuels spécifiques en Naturopathie et Ayurvéda 

Les conseils d’hygiène de vie pour future Maman et futur Papa ! 

Comme nous l’avons vu plus haut, une bonne hygiène de vie peut vous aider à mener une grossesse à terme au top de la forme. Et pour avoir une bonne hygiène de vie, il faut jouer sur tous les tableaux :

  • La gestion du stress, parce vous savez maintenant qu’il peut avoir un impact très négatif sur la qualité de vos gamètes et sur le fonctionnement normal de tous les systèmes de votre corps (digestif, hormonal, nerveux, circulatoire, énergétique, etc.)
  • Une alimentation équilibrée, vivante et nutritive pour vous assurer d’avoir une bonne vitalité et de ne manquer d’aucunes vitamines, minéraux, acides-aminés essentiels
  • Le sommeil, parce qu’au delà de jouer sur votre niveau de fatigue, il permet aussi la régulation de plusieurs métabolismes dans le corps, des systèmes hormonaux, nerveux et énergétiques, entre autres…
  • Des exercices physiques spécifiques que l’on néglige souvent alors qu’il est très important notamment pour apporter du mouvement dans le bassin avec des exercices adaptés et pourquoi pas avec l’aide d’un ostéopathe spécialisé en périnatalité.

Dès les premiers jours de grossesse

Une fois que l’on est enceinte, il est tout aussi important de maintenir une bonne hygiène de vie dans les mêmes domaines qu’avant la conception, en les adaptant à la grossesse bien-sûr, avec : 

  • Les conseils de base sur l’alimentation, en évitant les laitages au lait cru, les viandes et poissons peu ou pas cuits, la charcuterie, etc…
  • Une supplémentation en multivitamines contenant à minimum un apport de 400 µg en folate (idéalement sous forme de L-Methylfolate, beaucoup plus assimilable)
  • Une alimentation très équilibrée et nutritive en évitant au maximum le sucre ajouté, les plats industriels et en privilégiant une alimentation bio pour éviter les pesticides et perturbateurs endocriniens
  • Beaucoup de repos pour permettre au corps d’avoir suffisamment d’énergie pour la production intensive d’un petit être. Un vrai changement de rythme s’impose dès les premiers jours de grossesse.
  • Une bonne gestion du stress pour éviter des dérèglements divers, rester sereine jusqu’à l’accouchement et aux premiers jours avec bébé.
  • De l’exercice physique très doux mais quotidien pour avoir un corps tonique pour l’accouchement, pour favoriser la digestion et permettre le bon fonctionnement de tous les systèmes du corps et en particulier du système immunitaire plus affaiblit pendant la grossesse.

Passez à l’action ! 

Maintenant que vous savez que vous pouvez mettre toutes les chances de votre côté d’éviter une prochaine fausse couche, je vous propose de passer à l’action. 

Quelle est la première étape que vous allez mettre en place pour prendre soin de vous ? 

Je vous conseille d’avoir un petit carnet à vous en cette période et de noter toutes les bonnes idées, vos priorités, les bonnes adresses, etc… ce sera aussi l’occasion d’exprimer ce que vous ressentez et l’évolution de vos émotions. De mon côté j’utilise aussi Google Keep pour retrouver facilement mes notes, mais il existe des dizaines d’applis pour noter tout ça. 

Et pour bien préparer votre prochaine grossesse, être sûre d’avoir la bonne alimentation, de faire les bons exercices physiques et de bien gérer votre stress, vous pourrez retrouver mon livre « Petit Manuel de Naturopathie à l’usage des futurs parents » juste ici : 

Petit Manuel de Naturopathie à l'usage des futurs parents

Il vous sera utile pour vous remettre de votre fausse couche, pour préparer vos corps (avec celui de futur papa) à la conception, pendant toute la grossesse, mais aussi pour la préparation de l’accouchement et les premiers jours avec bébé !

Et si vous souhaitez faire un bilan pour vous faire un programme complètement personnalisé :

  • Vous pouvez réserver un créneau de 20 minutes gratuites pour que nous fassions connaissance avant de nous lancer dans un accompagnement
  • ou directement réserver un accompagnement ici
  • Vous trouverez de nombreux conseils sur ce blog ici ou

Je vous souhaite beaucoup beaucoup de bienveillance envers vous-même pendant votre super Projet Mama et surtout… 

Prenez bien soin de vos gènes, de vos gamètes… et de vous ! 

Avec tout mon amour,

Signature Mélanie

Sources / Pour aller plus loin :

Inserm : Epigénétique, Un génome, plein de possibilité !

Nature. com : Epigenetic programming by maternal behavior

NCBI : Environmental epigenomics in human health and disease

Science et vie : Baisse de la fertilité chez l’homme

Science et avenir : Et si le sperme était aussi responsable des fausses couches répétées ?

Etude Clinical Chemistry : https://academic.oup.com/clinchem/article/65/1/161/5607916

NCBI : Comparaison impact acide folique / methylfolate Treatment with Mefolinate

Natural Fertility info : Defective MTHFR Gene Linked to Fertility and Pregnancy Struggles

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *