Les différents types de fausses couches et interruptions de grossesse

Différents types de fausses couche et grossesses arrêtées

Différents types de fausses couches mais une même épreuve

Je vous propose ici un petit lexique non-exhaustif des différents types des fausses couches et grossesses arrêtées.

Mettre des mots permet parfois de mieux expliquer autour de soi, notamment au corps médical, mais il n’en reste pas moins qu’une grossesse qui ne va pas à son terme reste toujours une épreuve, comme j’en parle ici.

N’hésitez pas à commenter sous l’article, si vous souhaitez rajouter d’autres définitions.

La fausse couche

Que l’on peut aussi appeler « avortement spontané » ou « fausse couche spontanée », intervient lorsque le développement de l’embryon ou le déroulement de la grossesse ne se passe pas comme prévu. Le corps expulse naturellement le sac gestationnel, l’embryon ou le fœtus qu’il contient et le placenta s’il est déjà formé.

Il se peut que la fausse couche soit asymptomatique (sans symptômes) et que l’on découvre lors d’une échographie de contrôle que la grossesse s’est arrêtée (voir plus bas).

Fausse couche précoce / tardive

Une fausse précoce intervient pendant le premier trimestre de grossesse (avant 14 semaines d’aménorrhées), tandis qu’une fausse couche tardive intervient entre la 14 ème et la 22 ème semaine d’aménorrhées. Au delà de 22 semaines on parlera de mort fœtale ou d’enfant mort-né.

Fausse couche complète / incomplète

La fausse couche est complète quand tout le contenu de l’utérus est bien évacué naturellement. Les saignements durent quelques heures et s’arrêtent naturellement. Une surveillance peut-être nécessaire, mais pas d’intervention médicale. C’est le cas de figure le plus fréquent.

En revanche, une fausse couche incomplète signifie qu’une évacuation naturelle à commencée mais qu’elle n’a pas été totale. L’expulsion de l’œuf, du placenta ou du trophoblaste n’est que partielle. Dans ce cas une aspiration, anciennement appelé curetage peut-être nécessaire.

Fausse couche isolée / à répétition

Dans la majorité des cas, une fausse couche est heureusement un événement qui n’arrive qu’une fois dans la vie d’une femme, on parle de fausse couche isolée.

Dans le cas où une femme traverse 3 fausses couches consécutives, on parle alors de fausses couches à répétition. En France, les recherches pour comprendre les causes de ces événements à répétition ne sont lancées qu’à partir de la 3 ème fausse couche, ce qui peut paraître très long. Dans certains établissements il est possible de demander une recherche à partir de la 2 ème fausse couche. D’ailleurs, dans certaines définitions, les fausses couches à répétition commencent à partir de la 2 ème interruption de grossesse.

Interruption de grossesse ou grossesse arrêtée

Arrêt de grossesse spontané ou interruption de grossesse

Le terme fausse couche est utilisé communément pour tous les types de grossesses arrêtées avant 22 semaines, qu’il y ait eu expulsion naturelle ou pas. Mais pour être plus précis une interruption de grossesse est souvent asymptomatique (pas de saignements, de douleurs, etc.) et signifie que la grossesse s’est arrêtée toute seule. Il peut s’agir d’un œuf clair, c’est à dire que la poche gestationnelle ne contient pas d’embryon, ou que le cœur de l’embryon ou du fœtus s’est arrêté.

Une interruption de grossesse peut conduire à une expulsion naturelle, mais parfois elle peut-être découverte lors d’une écho de contrôle. Dans ce cas on peut proposer un traitement médicamenteux pour permettre l’expulsion ou une aspiration sous anesthésie générale.

C’est ce qui nous est arrivé en mars 2019, je vous en parle ici.

Interruption médicale de grossesse (IMG)

Dans certains cas, il est nécessaire de mettre fin à une grossesse pour des raisons médicales, par exemple :

  • Dans le cas où la future maman est en danger
  • En cas de grossesse môlaire (anomalie au moment de la fécondation)
  • En cas de problème génétique sévère ou de malformation du fœtus
  • En cas de grossesse extra-utérine

GEU – Grossesse extra-utérine

Lorsque l’ovocyte ne se niche pas dans la paroi de l’utérus mais dans l’une des trompes de Fallope par exemple, on parle de grossesse extra-utérine ou « grossesse ectopique ». Il peut arriver, plus rarement que l’ovocyte se niche dans un ovaire, sur le col de l’utérus ou dans l’abdomen. Dans tous ces cas, il n’y a pas d’autre choix que de procéder à une opération pour interrompre la grossesse car elle pourrait mettre en danger la future maman.

En effet, seul l’utérus est prévu pour accueillir un futur bébé car lui seul est capable de s’étendre de manière impressionnante sans rompre, sans causer de dommages dans le corps. Dans une grossesse extra-utérine, le risque est donc, à partir du moment où le sac gestationnel deviennent trop gros de causer des dommages graves pour la future maman. C’est la raison pour laquelle les GEU doivent être décelée et prises en charge au plus tôt. Ce type de grossesse représente environ 2% des grossesses.

IVG – Interruption volontaire de grossesse

En cas de grossesse non désirée, l’IVG peut-être proposé à tout âge. C’est un droit Français. Deux types d’IVG peuvent être pratiqués en fonction de la date du terme de la grossesse.

  • IVG médicamenteuse : jusqu’à la fin de la 5ème semaine de grossesse (7 SA). Ce délai peut-être prolongé dans le cas ou le suivi est fait en établissement de santé jusqu’à 7 semaines de grossesse (9 SA).
  • IVG chirurgicale (ou obstétricale) : jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse (14 SA).

Mes conseils pour se remettre de cette épreuve

Suite à ma propre expérience d’une interruption de grossesse, j’ai voulu comprendre ce qui venait de nous arriver et surtout me remettre sur pied pour accueillir un nouveau bébé.

J’ai regroupé les plus précieux conseils qui nous ont vraiment aidé mon chéri et moi à vivre l’épreuve au mieux dans un livret gratuit.

Je serai ravie de vous l’envoyer tout de suite si il peut vous aider. Il vous suffit d’indiquer votre adresse email juste en-dessous pour le recevoir.

En attendant je vous envoie toutes mes pensées et mon soutien.

A très vite !

Signature Mélanie

Sources:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *